De la merde ! En veux-tu en voilà

De la merde ! En veux-tu en voilà

Chers amis, camarades et voisins

Je vous communique en pièces jointes 3 photos de l’Acte 1 d’aujourd’hui :

1ère photo : un demi seau de crottes de sangliers collectées sur ma pelouse

2ème et 3ème photos : les mêmes crottes devant l’entrée de la mairie du Freney d’Oisans

Vous remarquerez que j’ai précautionneusement évité de salir le tapis ; dans la continuité de mes actions au sein du “Collectif du Chambon” qui ont toujours été accomplies avec le souci du respect du bien d’autrui (ou communautaire) : pas un seul pneu et pas une seule poubelle de brûlés et rien de dégrader en 2 ans et demi de combat !

Ces quelques crottes bien sèches ne peuvent bien entendu se comparer aux tonnes de merdes de chiens qui  polluent les trottoirs des agglomérations du plus beau pays du monde !

Comme je suis extrêmement fatigué d’empêcher ma fille de 6 ans de faire des bonhommes de neige sur ma terrasse de peur qu’elle ne chope un dérivé du Corona-Virus, ou de s’ébattre en été dans mon jardin, régulièrement transformé en fosse septique à ciel ouvert (alors que mon terrain est clos), j’ai décidé de partager (ce petit présent) en commençant modestement par nos braves élus et représentants de notre humble communauté de montagnards laborieux.

J’ai nommé cette modeste action « Acte 1 » car il est de toute évidence que je n’en resterai pas à ce stade si d’aventure on ne s’accordait pas à régler ce faisceau de situations « emmerdantes » sans trouver les bonnes solutions pour tout le monde, dans un esprit positif et humainement supportable.

Les Actes suivants pourraient intervenir (par le même dépôt) lors d’un prochain Conseil municipal ; dépôt filmé par les caméras de quelques médias ; mais également d’autres actions (répétées) comme le dépôt d’effluves de moutons (en été) en divers endroit du village, qui permettrait peut-être à certains de comprendre que les mouches, les vers, les rats, les sangliers et les odeurs pestilentielles d’urine d’ovins accompagnés par les aboiements nocturnes des Patous, ne sont finalement pas une fatalité et peuvent trouver des solutions raisonnables… surtout quand on dispose d’un territoire communal aussi vaste !

J’attends également que soit posé publiquement les questions de la restauration du patrimoine naturel communautaire (chemin de randonnée, prairie de fauche, sous-bois, fossés, murets de soutènement, drainage des eaux de ruissellement, etc.) ainsi que des solutions logistiques que la Communauté de communes de l’Oisans (CCO) serait en mesure d’apporter aux habitants touchés par toutes ces dégradations pour qu’ils soient aidés matériellement dans la restauration de leurs propriétés… nos salaires, retraites et pensions ne pouvant supporter continuellement ces manifestations incroyables et pourtant parfaitement évitables, vraisemblablement en relations avec le laisser-aller général.

Je dis tout cela et j’agis d’autant plus calmement, que si rien n’est fait pour revenir à ce que nous avons tous connu, je m’engagerais sereinement dans des démarches juridiques, certes moins conviviales, mais généralement très efficaces lorsqu’on s’entoure des conseils d’un avocat combatif et reconnu…

J’attends donc avec impatience que nous trouvions ensemble les solutions à tous ces dérangements.

Bien cordialement

Philippe Raybaudi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.