Restauration des freins d’une Adria Prima 350 TD de 1989

Restauration des freins d’une Adria Prima 350 TD de 1989

“Il y a parfois des moments de grande solitude !” Philippe Raybaudi – mai 2019 😀

Il y a peu de temps, je décidais d’acquérir une petite caravane ancienne.

Petite, par ce que je réside en haute montagne et que la traversée des hameaux pour arriver chez moi ne laisse guère de place entre les habitations à un modèle de plus de 4,20m. Ancienne, par ce que mon budget ne dépassait pas 2 000 euros (frais d’immatriculation et de remise en état compris). Enfin, je cherchais un modèle de l’âge approximatif du véhicule de collection qui la tracterait et qui était de 1989 ; pour faire un bel ensemble

Ensemble de 1989 : Toyota HJ61 + Adria Prima 350 TD

Depuis plus de deux ans, je surveillais les modèles qui me plaisaient sans trop d’espoir il faut bien le reconnaître. En effet, plus une caravane est petite, plus elle est recherchée et donc, plus elle est chère. Il suffit de voir la côte des Eriba pour s’en persuader ; mais c’est quasiment le même constat pour n’importe quelle marque.

J’avais encore du temps devant moi (puisque je ne souhaitais pas finaliser cet achat avant le printemps 2020) quand mon attention fut retenue par une Adria Prima 350 TD qui était proposée sur Le Bon Coin à seulement 1 800 euros. Je dis seulement car il n’est pas rare que ce modèle (en parfait état) se négocie entre 3 500 et 5 900 euros. L’annonce précisait même “en très bon état” ; ça sentait l’arnaque à plein nez !

Après avoir eu le vendeur au téléphone et reçu quelques photos supplémentaires, je me décidais à faire les 300 kms A/R pour aller la voir…

Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’elle était effectivement en très bon état pour son âge (31 ans) et après avoir questionné le vendeur, je comprenais que du fait qu’elle n’avait pas roulé depuis 16 ans, que les pneus étaient (disons-le) foutus, qu’il ne pouvait garantir qu’aucun équipement (électrique, gaz, etc.) fonctionnait toujours correctement, il préférait s’en séparer à un prix raisonnable pour un acheteur qui prendrait “le risque” de la remettre en état de marche. Affaire conclue donc à 1 650 euros 🙂

Nous rentrâmes donc à vitesse modérée ; rapport aux pneus et aux freins qui même s’ils semblaient fonctionner auraient inévitablement besoin d’une révision sérieuse.

Et c’est là que ma citation du début de l’article prend toute sa force car après avoir remis en état tous les équipements électriques, le circuit du gaz et nettoyé tout ce qui pouvait l’être (même si il faut bien reconnaître qu’elle était fort proprement entretenue) le démontage des freins nous réserva une (GROSSE) surprise.

Les caravanes Adria de cette époque étaient construite dans l’ancienne Yougoslavie par le fabricant renommé IMV ; racheté en 2017 par le Groupe Trigano. Si de nombreuses Adria sont équipées d’essieu Al-Ko, celle-ci (qui est vraisemblablement une pré-série de 1989) arbore fièrement un essieu IMV avec une plaque d’identification fort peu instructive

Plaque d’identification de l’essieu IMV de 1989

Quand à la plaque apposée sur les flasques des freins à tambour, nous étions également là devant une énigme. Seule l’indication en allemand “über 25 km/h” semblait préciser que le système de déverrouillage automatique des freins n’était fonctionnel, en marche arrière, qu’en dessous de cette vitesse : ça ne fait pas rire !

Freins à tambours IMV Adria de 1989

La réponse des deux ateliers spécialisés contactés fut la même : ce modèle de freins n’est pas reconnaissable dans nos bases de données de pièces détachées. Autrement dit : nous ne disposons pas de mâchoires de freins neuves.

Je me voyais déjà en train de faire riveter des garnitures taillées sur mesure et de faire fabriquer de nouveaux ressorts : Quelle galère !

Comme entre temps, j’avais écumé les forums de caravaning à la recherche d’une information probante, j’entrais lentement en phase dépressive quand je constatais que je n’étais pas seul face à ce problème.

Une de mes spécialités étant la recherche d’informations sur Internet, je décidais de lancer, coûte que coûte, une enquête tous azimuts…

Après avoir mesuré exactement chacune des pièces constitutives (tambours, mâchoires, ressorts, roulements, etc.) je visionnais des centaines de photographies de pièces de rechange de remorques sur des dizaines et des dizaines de sites.

Les garnitures rivetées d’origine ont fait leur temps !
Le mécanisme de commande par câble des mâchoires de freins

Au bout de quelques jours, je suis tombé sur le site de l’équipementier Valeryd : http://www.valeryd.fr/history.asp

Et finalement, je trouvais les pièces de rechange de l’essieu IMV de mon Adria Prima 350 TD de 1989 qui s’avéraient être des composants AlKo :

http://www.valeryd.fr/visainfo.asp?artikelnr=4010221A

Leurs références chez Valeryd est 4010221 / 90R-01706/6384

Kit mâchoires de freins Al-Ko 230×40

Restait plus qu’à trouver un revendeur et le tour était joué : https://www.remorquesav.fr/kit-machoires-de-freins-alko-230×40-pour-moyeu-230-c2x14562317

Par rapport aux garnitures d’origine qui faisait 45mm de large, celles reçues ne font que 40mm, mais cela ne pose aucun problème au montage et les ressorts semblent plus forts que ceux qui étaient en place ; ce qui n’est pas non plus un problème si on considère que tout le système va être remis à neuf. Il est bien entendu hors de question de n’utiliser qu’une partie des composants neufs en laissant certaines pièces anciennes.

Les tambours sont en bon état ; ils vont être nettoyés et passés à l’extérieur à la peinture anti-rouille

Un petit souci s’est tout de même posé au montage du nouveaux kit de mâchoires ; que nous allons illustrer avec les photographies qui suivent. Il a fallu en effet user de la disqueuse pour adapter les poussoirs métalliques de rattrapage de l’usure dont les encoches ne s’inséraient plus dans leurs logements côté ressorts de marche arrière automatique.

Je passe sur les détails du nettoyage (à la bombe spéciale freins) et du brossage des tambours (dont l’épaisseur de 9mm était tout à fait confortable), de la vérification des roulements coniques ou de la mise en peinture (antirouille) des flasques fixées à l’essieu ou de l’extérieur des tambours.

Avant démontage et nettoyage
Après installation du nouveau kit

Avant de pouvoir remonter ces mâchoires neuves, il faut donc ajuster à la meuleuse les poussoirs de rattrapage

Le système de rattrapage de l’usure des garnitures
Les poussoirs sont librement positionnés dans leur support

Il s’agit de meuler seulement le poussoir qui se trouve du côté de la demi-mâchoire équipée des ressorts du recul automatique

Vue de la gorge du poussoir

On remarque immédiatement que le poussoir ne peut pas entrer librement dans l’espace qui lui est destiné

On va devoir retirer quelques dixièmes de matière de chaque côté du poussoir

Quelques passes à la disqueuse et le tour est joué

Une lime plate permettra de fignoler ainsi qu’un peu de peinture antirouille en bombe

La gorge du poussoir manœuvre maintenant librement contre l’arête de la demi-mâchoire

Le poussoir dans sa bonne position

Il est probable que ce petit ajustement des poussoirs n’aurait pas eu lieu d’être si nous avions trouvé des garnitures en 45mm de large comme celles d’origine.

Reste plus qu’à remonter les tambours et les roulements coniques (attention à leur graissage et à leur serrage qui doit être faits dans les règles) et enfin à régler les rattrapages automatiques pour optimiser le freinage.

Nous voilà tranquilles pour un bon bout de temps !
Campement “sauvage” en pleine forêts du Morvan 🙂

Si ce tutoriel vous a rendu service n’hésitez pas à me soutenir sur Tipeee

Lien vers mon Tipeee : https://fr.tipeee.com/philippe-raybaudi

2 réactions au sujet de « Restauration des freins d’une Adria Prima 350 TD de 1989 »

  1. Bonjour,

    Très interessant vos explications.
    Je viens également d’acheter une Adria optima 4270TD de 1987.
    Le fait que l’essieu soit de marque IMV est effectivement une vraie galère pour trouver des pièces (j’ai du renvoyer 2 fois des amortisseurs car ce n’étaient pas les bons).
    Ma question : comment avez vous fait sur le site Valeryd pour etre sur que ce soit le bon système de freinage? Vous les avez contacté par mail? Car il n’y a aucune indication sur le site.

    Merci
    Cordialement
    Alexis

    1. Bonsoir Alexis
      Alors j’ai commencé par faire des photos des mâchoires et j’ai relevé leurs côtes en centimètres puis j’ai cherché sur leur site celles qui ressemblaient le plus.
      Ensuite je les ai contacté par email en leur adressant quelques photos pour qu’ils me confirment les références du kit.
      En espérant que cela vous aide…
      Cordialement
      Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.